Nouveau Guide alimentaire : ce que nous savons

Comme vous avez sûrement pu le lire ou l’entendre dans les médias depuis le début de l’année : le Guide Alimentaire canadien fera peau neuve prochainement. La dernière version datant de 2007, ce ne sera pas une mauvaise chose de le mettre à jour en se basant sur les évidences scientifiques des 10 dernières années !

Néanmoins, malgré les nombreux débats et articles enflammés sur les médias sociaux, le Guide alimentaire canadien se fait toujours attendre. Le guide officiel sera publié au début de l’année 2019 rapporte Ottawa.

Ce que l’on sait à l’heure actuelle 

Une version préliminaire nous suggère des changements : les groupes alimentaires lait et substituts et viandes et substituts ont fusionné pour devenir le groupe « des aliments protéinés ». D’ailleurs, j’ai pu trouver les deux concepts visuels présentés aux groupes de discussions par la firme Earnscliffe, c’est celui de droite qui a été préféré.

guide alim

Accès au document de la firme Earnscliffe : 396826301-guide-alimentaire-canadien

Sur ces esquisses, on peut voir qu’il n’y a pas de nombre fixe de portions à consommer : « Prenez l’habitude de consommer une variété d’aliments sains chaque jour ».  D’ailleurs, n’oublions pas qu’il s’agit de « concepts visuels préliminaires » qui peuvent être modifiés, puisque le Guide n’est pas encore publié !

De plus, le futur Guide alimentaire ne propose plus, par exemple, de boire chaque jour du lait écrémé ou du lait 1 % ou 2 %. Il est plutôt conseillé de boire de l’eau, en plus de savourer les aliments, de prendre des repas en bonne compagnie ou encore de cuisiner plus souvent.

Le rapport d’Earnscliffe comprend aussi près de 150 « messages » destinés à différents publics et qui doivent transmettre les leçons du nouveau guide.  Ces « messages » insistent à répétition sur la pertinence des noix et des crudités pour les collations. « Les graines et les noix rôties à sec sans sel ni huile ajoutés sont parfaites pour une collation riche en protéines »,  « Ayez des collations saines à portée de main, comme des légumes ou des fruits prédécoupés ».

Sur les 150 « messages » testés, quatre encouragent la consommation de produits laitiers : les jeunes sont invités à remplacer les biscuits par du yogourt nature à la collation et on propose le « lait écrémé en poudre » aux ménages à revenus modestes, par exemple.
« Fais une place à l’eau pendant ton repas. C’est une boisson rafraîchissante et gratuite », conseille Santé Canada aux jeunes, mettant le traditionnel verre de lait de côté. « Bois de l’eau plutôt qu’une boisson gazeuse, un jus ou une boisson énergisante. »

Quelques interrogations que le nouveau guide alimentaire soulève 

Comme on peut le constater, le nouveau Guide alimentaire va prendre un nouveau virage et mettre de l’avant les recommandations basées sur les évidences actuelles. Néanmoins, ce nouveau « concept » plus libre, moins structuré, m’a mené à quelques réflexions. La création d’un nouveau groupe« des aliments protéinés » sera-t-elle bien comprise par la population? Est-ce que les gens sont assez éduqués quant à l’impact des protéines ? Et comment les intégrer au quotidien ?

D’ailleurs, la disparition du groupe Lait et substituts donnera-t-elle une image négative de ces aliments à la population? Qu’adviendra-t-il de l’apport en calcium des Canadiens ? À cet effet, lors d’une discussion avec Dr Angelo Tremblay, le chercheur en tête de l’équipe de recherche où je travaille, ce dernier a rapporté que cela le tracassait. Ayant étudié les liens entre l’apport en calcium et l’obésité, il a réalisé de nombreuses publications rapportant entre autres qu’un faible apport en calcium est un facteur de risque de surpoids et d’obésité. L’apport en calcium jouerait un rôle dans le contrôle de l’appétit : les individus ayant un apport élevé en calcium auraient une meilleure gestion de leur appétit.

Certes, il n’y a pas que les produits laitiers qui sont des sources de calcium, mais est-ce que la population se mettra soudainement à manger des choux, du brocoli, des amandes et du tofu suffisamment pour combler leurs besoins ? J’en doute.

Bref, ce nouveau Guide alimentaire se veut pertinent, mais soulève quelques questions !



Références :

Human Obesity: Is Insufficient Calcium/Dairy Intake Part of the Problem? https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/07315724.2011.10719989 

Calcium plus vitamin D supplementation and fat mass loss in female very low-calcium consumers: potential link with a calcium-specific appetite control. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19263591

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s