Faut-il être un héros pour maintenir une perte de poids ?

Vous hésitez à perdre du poids, car vous craignez d’échouer au stade de maintenir du poids perdu ? En fait, vous n’avez pas tord… Perdre du poids est « assez facile »… d’ailleurs, toutes les diètes fonctionnent, tant qu’elles créent un déficit calorique. C’est l’après qui fait peur.

À ce sujet, je voulais vous partager les faits saillants d’une étude du Dr Keven Hall, auteur réputé dans le domaine de l’obésité. Cette étude, qui a été publiée en 2016 dans le journal Obesity, portait sur la façon dont l’appétit influence le regain de poids (suite à une perte de poids).

Le Dr Keven Hall, a conclu que  : « Les quelques personnes qui maintiennent avec succès une perte de poids sur le long terme le font grâce à des efforts héroïques et sont constamment vigilants, afin de maintenir les changements de comportement face à une augmentation de l’appétit ainsi que la diminution constante de la dépense énergétique dans un environnement obésogène omniprésent.

La lutte contre ces mécanismes de la régulation de l’appétit à long terme pose un défi majeur dans le développement de traitement efficace de l’obésité « .

En d’autres mots : OUI, le maintien du poids est difficile, MAIS pas impossible !

msintien
————————————————————————————————
Détails plus complexes de l’étude :

L’étude portait sur la façon dont l’appétit influence le regain de poids (suite à une perte de poids). En utilisant des modèles mathématiques et des données d’une étude portant sur la perte de poids durant un an chez des individus atteints de diabète de type 2, l’étude du Dr Keven Hall a révélé que, en moyenne, l’apport calorique a augmenté d’environ 100 kcalories/jour et par kg de poids perdu – un effet sensiblement supérieur aux variations d’environ 30 kcalories/kg/jour au niveau de la dépense énergétique observée lors d’une perte de poids de l’ordre de 10% à 20% chez les sujets atteints d’obésité.

En ce sens, en l’absence d’un effort continu visant à restreindre l’apport calorique suite à la perte de poids, les conséquences des mécanismes de régulation de l’apport énergétique se traduiront par une surconsommation calorique avec une reprise de poids rapide… Ce phénomène a été observé avec les modèles animaux et chez les hommes adultes ayant expérimenté une sous-alimentation à court terme.

Ces résultats concordent parfaitement avec d’autres résultats récents démontrant que la perte de poids a tendance à cesser environ 6-8 mois, suivi par un léger regain de poids. Cependant, de nombreux essais cliniques rapportent que l’adhésion auto-rapportée à la diète et à l’apport calorique ne varie pas entre le début du processus de perte de poids par rapport au moment où le poids stagne (plateau de perte de poids). Cela a mené à une spéculation que le plateau de poids atteints aux environs de 6 à 8 mois serait dû majoritairement au ralentissement du métabolisme de base plutôt que la perte d’adhérence à la diète. Cependant, les résultats de monsieur Hall suggèrent le contraire et démontrent, en outre, que les mesures de l’apport énergétique auto-rapportées sont quantitativement peu fiables.

Le Dr Keven Hall conclu : « Les quelques personnes qui maintiennent avec succès une perte de poids sur le long terme le font grâce à efforts héroïques et sont constamment vigilants afin de maintenir les changements de comportement face à une augmentation de l’appétit ainsi que la diminution constante de la dépense énergétique dans un environnement obésogène omniprésent. La lutte contre ces mécanismes de la régulation de l’appétit à long terme pose un défi majeur dans le développement de traitement efficace de l’obésité « .

 

Pour terminer, voici quelques petits trucs concrets qui sembleraient aider la gestion de l’appétit et au maintenir le poids perdu :

  • Augmenter et maintenir un apport élevé en protéines ET en fibres au quotidien
  • Mettre l’accent sur l’activité physique à des moments clés (p. ex. en fin de journée, après le travail). Le grignotage est potentiellement un enjeu majeur, donc il est important de planifier des collations nutritives
  • intégrer l’activité physique ou maintenir la pratique de l’activité physique

——–

How Strongly Does Appetite Counter Weight Loss? Quantification of the Feedback Control of Human Energy Intake — Lien vers l’étude : http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/oby.21653/full

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s